C’est gratos, achetez moi !

Salut à tous !

J’ai participé en juin au podcast « Le rendez vous tech » parlant du droit d’auteur et d’internet.
Le sujet autour duquel on a discuté est évidemment la gratuité sur internet : comment les artistes peuvent gagner leur vie en voyant leurs productions diffusées (que ce soit voulu ou non…) gratuitement sur la toile ?
Parmi les invités il y avait des membres du parti pirate, qui soutiennent un internet ou l’accès à la culture et donc aux productions artistiques devraient être accessible gratuitement… plusieurs fois dans le débat est revenu l’idée que l’accès gratuit à certains produits donnerait aux internautes aimant l’artiste l’envie de le soutenir d’une manière ou d’une autre…

Les autres artistes présent avaient plutôt l’air de penser que l’internaute lambda prendra tout ce qu’il peut prendre sans payer et que ca n’influera en rien un éventuel achat, ou don… et même l’idée de don à été tourné en ridicule…

Pour les musiciens pourtant on peut trouver un parallèle avec le fait de jouer dans la rue :
– On joue gratuitement devant des gens qui n’ont rien demandé et qui s’arrêtent s’ils le veulent
– Ils ne donnent de l’argent que si ca leur plait, et peuvent acheter des CDs si ca leur plait vraiment…
Pour l’avoir beaucoup fait je peux vous assurer que si vous connaissez un tant soit peu votre affaire ca peut vraiment marcher, et on a pu financer des tournées, et une partie de nos productions comme ca… Et de plus il y a un vrai plaisir à créer des rassemblements et de l’enthousiasme la ou on ne s’y attend pas…

En attendant de trouver une solution miracle on fait un petit essai avec la fanfare funk  Le gros tube (ou j’officiais au banjo jusqu’à il y a quelque temps ) :
On a mis depuis le 11 juillet l’avant dernier album du groupe en téléchargement gratuit, et  le nouvel album en téléchargement payant à 5€…

En un mois (de vacances…) on a eu : 238 téléchargements de l’album gratuit, pour 8 achats de l’album payant soit à peine plus de 3% ! je m’attendais quand même à un peu plus… Apres discussion avec le groupe on pense revenir à quelque chose plus classique du genre l’ancien album offert pour l’achat du nouveau, ce qui aurait d’ailleurs peut être donné plus de ventes…

Evidemment il y a beaucoup de paramètres en jeu, la on a pas fait spécialement de promo ni mis tellement le coté « communautaire entraide » en avant, c’est un groupe de rue et de scène et les gens qui le connaissent  l’ont vu en concert et on peut être acheté le cd…
Ces chiffres ne sont donc pas obligatoirement représentatif, mais dans la jungle de la théorie c’est une expérience qui laisse penser qu’être rentable avec du gratuit (!) n’est pas si évident.

Malgré tout j’ai pas mal d’idées pour essayer justement de démontrer le contraire, et je vais essayer bientôt de les mettre en oeuvre de manière plus aboutit avec mes différents projets. A suivre !

N’hésitez pas à laissez des commentaires ou des conseils, je suis preneur de bonnes idées 🙂


Le podcast en question : http://www.nowatch.net/2012/06/le-rendez-vous-tech-89-internet-parole-aux-artistes/
Le site du gros tube : www.legrostube.fr

Vidéo Appel Indirect
DOR vidéos de l'Entrepot
2 réponses
  1. Se7h
    Se7h dit :

    Ce numéro du rendez-vous tech est sans nul doute un des meilleurs, en tout cas pour moi ^^
    Sinon, pour ce qui est de mon avis sur la mise à disposition gratuite ou via des dons, je pense qu’avant toute chose il faut se concentrer sur la visibilité du groupe et des albums, ainsi que la simplicité d’accès à l’œuvre.
    Car même si je n’aime pas du tout Apple, je suis complètement d’accord avec Patrick Beja lorsqu’il met en avant la simplicité des produits Apple. C’est d’ailleurs, je pense, la seule raison de leur succès, car les gens vont plus vers la simplicité que vers la beauté d’un produit, surtout pour un produit high-tech qui est avant tout un outil.

    Donc, pour en revenir à tes projets, je pense que pour s’auto-produire le plus important est la simplicité d’accès aux albums, puis ensuite une bonne visibilité. Sur ce deuxième point, je pense qu’il est primordiale d’être présent sur des boutiques telles que Qobuz voir d’autres boutiques laissant plus d’ouverture comme Google Music (si jamais il débarque en France un jour…), bandcamp.com, ou soundcloud.com, voir iTunes, mais il me semble qu’ils sont plutôt rigide que cela pour le prix, le choix des formats de fichiers, etc. Personnellement je privilégie Qobuz et BandCamp pour mes achats, car ils proposent des formats non compressés (FLAC) et des formats compressés mais de meilleurs qualité que le vieillissant MP3 (OGG).

    Je ne pense pas t’avoir appris grand chose, mais voila mon ressenti en tant que pseudo mélomane et audiophile que je suis 🙂

    Répondre
  2. mrSpark
    mrSpark dit :

    Je continue de penser qu’on peut gagner de l’argent avec du gratuit, même si cela est plus difficile. Je pense aux FreeToPlay dans les jeux-vidéo : l’utilisateur joue gratuitement au jeu et peut payer pour avoir des bonus en jeu (certains donnent des avantages, d’autres permettent de personnaliser un peu le jeu).
    Intuitivement, je serai le premier à dire que personne ne payerai pour un contenu auquel on a accès gratuitement. Pourtant, étant donné le nombre de free2play qui existent, ceux-ci doivent forcément apporter leur lot de bénéfices…
    Après, il faut voir si ces bénéfices sont aussi conséquent que pour un jeu payant (ce dont je doute). Et également voir si ce raisonnement peut se calquer dans la vente de musique.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *